Rôle de l’aidant familial

La loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement (ASV) reconnaît la place et le rôle des proches aidants des personnes âgées en perte d’autonomie afin de leur apporter un soutien.

Un aidant, c’est quoi ?

On peut être aidant d’un conjoint, parent, enfant, ami ou voisin rendu vulnérable par la maladie, l’âge ou le handicap. L’aidant familial soutient au quotidien une personne de son entourage proche.

Il apporte une aide au quotidien, à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des gestes de la vie quotidienne.

Quel est son rôle ?

Le proche aidant, par sa présence auprès de la personne, apporte une aide matérielle, technique mais aussi morale importante. Sa disponibilité et son écoute font de lui un acteur essentiel du soutien à domicile,

Mais, entre dévouement et sacrifice, les proches aidants mettent souvent leur vie entre parenthèses au profit de la personne aidée.

Droits des proches aidants

Depuis l’entrée en vigueur de la loi d’adaptation de la société au vieillissement en 2015, dite Loi ASV, le rôle des aidants est reconnu par l’Etat pour leur permettre de continuer à jouer leur rôle indispensable, des mesures ont été prises ces dernières années.

Le droit au répit

La loi ASV crée un droit au répit. Ce droit au répit permet aux proches aidants des personnes âgées en perte d’autonomie de se reposer ou de dégager du temps.

C’est quoi ?

Le droit au répit est un soutien financier d’un montant maximum de 500 euros par an versé aux aidants afin qu’ils puissent proposer aux personnes dépendantes de bénéficier :

– d’une structure d’hébergement temporaire pour quelques heures ou plusieurs jours, d’un accueil de jour,

– d’un relais à domicile

Le droit au répit peut être activé quand le plafond du plan d’aide APA de la personne aidée est atteint

Pour qui ?

Les personnes concernées par le droit au répit sont les proches aidants :

 

  • de personnes bénéficiaires de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie),
  • assurant une présence ou une aide indispensable à la vie à domicile de leur proche,
  • et qui ne peuvent être remplacés pour assurer cette aide par une personne de l’entourage.

Comment ?

L’activation du droit au répit des proches aidants peut se faire lors d’une première demande d’APA, d’une demande de révision de l’APA ou d’une demande du proche aidant.

Pour instruire le dossier, l’équipe médico-sociale évalue la situation de la personne âgée ainsi que le besoin de répit du proche aidant

A savoir, ce dispositif est accessible uniquement si le proche soutenu perçoit l’allocation personnalisée d’autonomie.

Le droit au congé de proche aidant

C’est quoi ?

Le congé de proche aidant permet de cesser un temps son activité professionnelle pour s’occuper d’une personne proche en perte d’autonomie.

Pour qui ?

Ce congé indemnisé pour une durée limitée est accessible sous conditions :

– lien familial ou étroit avec la personne aidée,

– résidence en France de la personne aidée).

Tous les aidants, qu’ils soient salariés du secteur privé ou du secteur public, indépendants ou demandeurs d’emploi sont concernés.

Comment ?

 

Le congé du proche aidant n’est pas rémunéré par l’employeur mais par la CAF ou la MSA.

Pour en savoir plus, consulter le congé de proche aidant sur le portail service-public.fr.

Accompagnement et soutien des proches aidants

Les aidants sont présents quotidiennement pour accompagner un proche de plus de 60 ans en perte d’autonomie ou en situation de handicap. Un soutien souvent chronophage, parfois coûteux humainement et financièrement, qui peut rendre difficile l’accès à du temps pour soi.

De nombreux dispositifs et associations existent pour soutenir et accompagner à leur tour les proches aidants.

La plateforme d’accompagnement et de répit des aidants https://www.nevers.fr/votre-mairie/ccas/la-plateforme-de-relais-et-daccompagnement-des-aidants

Télécharger la plateforme de répit

L’association française des aidants

L’association Française des aidants a pour objectif :

  • d’accompagner tous les proches aidants sans distinction,
  • de proposer des actions d’animation par des professionnels formés pour trouver des réponses adaptées aux besoins de la personne aidée du soutien par les cafés des aidants,
  • des formations et des ateliers santé.

Depuis sa création en 2003, l’Association Française des Aidants écoute et porte la parole des proches aidants. Face à une prise en compte de leur situation encore insuffisante, voire négative ou parfois même condescendante, elle milite pour que les aidants soient pris en considération dans leur juste rôle et à leur juste place au sein de notre société.

Interview de Florence Leduc, Présidente de l’Association Française des Aidants :