16 mars 2020

"Nous faisons face à l’inconnu et l’inconnu est peut-être un gouffre. Je crois que nous en savons plus et assez aujourd’hui pour prendre un maximum de décisions qui peuvent sembler excessives mais la situation justifie l’excessif.

La Nièvre, aujourd’hui, a plusieurs jours voire semaines de retard sur la propagation du virus. Mais il va arriver et je sais, nous savons, que l’offre hospitalière de la Nièvre n’est pas à la hauteur, et ce depuis plusieurs années. On a notamment fermé nos capacités en lit d’urgence de nos hôpitaux de proximité et le seul CHAN ne sera pas suffisant pour traiter tout le monde si demain l’épidémie devient dans la Nièvre ce qu’elle est aujourd’hui en Italie.

Plus qu’ailleurs et parce que nous avons un tout petit peu de temps, augmentons nos précautions de façon à reculer et étaler l’arrivée du coronavirus dans notre département.

Nous devons isoler les personnes âgées et fragiles en organisant leur séjour en établissement et chez eux et en leur permettant de ne plus être en contact avec le reste de la société.

Nous devons accepter d’annuler tous les rassemblements non strictement nécessaires et toutes les forces vives en responsabilité dans notre département doivent organiser le travail et les services en supprimant au maximum les contacts entre individus. Même si c’est très dur, il faut accepter l’idée de changer pour 2, 3 ou 4 mois nos relations sociales parce que la vie de nombreux Nivernais est en jeu.

Nous referons société et nous saurons le faire quant cette crise sanitaire sera dernière nous. Il faut absolument abandonner pendant quelques temps nos égoïsmes, au besoin notre qualité de vie pour l’intérêt général.

Je ne vais pas détailler ce que chacun doit faire, mais j’espère que mon message va faire réfléchir un maximum de Nivernais sur ce qu’il peut faire et même doit faire.

Après, quand cette crise sera passée, il sera temps de se poser des questions sur la façon dont nous vivons, sur la vraie nature du système dans lequel nous vivons, qui à la fin tue plus ou moins à petit feu notre planète en ne prenant pas en compte les problématiques écologiques et en même temps laisse s’installer une urgence sanitaire telle que celle que nous vivons. Il faudra savoir tirer des conclusions et la vie après ne devra plus être celle d’avant."

21 mars 2020

"Les chiffres qui sont en ma possession laissent à penser qu’à ce jour samedi 21 mars, la Nièvre est encore quasiment indemne vis-à-vis du COVID 19. Il est difficile d’affirmer que c’est grâce aux mesures de confinement. Mais, je suis sûr que ces mesures de confinement que nous avons finalement prises très tôt dans notre département, vont nous permettre peut-être de diminuer l’impact, donc le nombre de malade mais sûrement d’étaler la progression du virus ce qui est extrêmement important par rapport à notre offre médicale dont nous connaissons tous l’insuffisance et ses raisons.

Et donc si chaque nivernais renforce encore les mesures de confinement qu’il s’impose, il augmente très fortement ses chances de ne pas être malade et d’éviter à notre territoire d’être un champ de ruine sanitaire.

Et de plus, il faut que nous nous préparions à un confinement long, plus long que les territoires où le virus est très actif, territoires ou l’épidémie prendra fin en premier. Il faudra effectivement si nous sommes peu touchés attendre la disparition complète de la maladie (au sens des organisations sanitaires) pour lever le confinement dans la Nièvre.

Restez chez vous, essayez de ne voir personne ou que lorsque c’est indispensable, ne quittez pas le département, utilisez le DRIVE pour vos courses. Faites tout cela car peut-être que votre vie en dépend et faites aussi tout cela pour ne rien regretter et avoir le droit ensuite de discuter de tout ce qui nous arrive et de le critiquer au bon sens du terme bien sûr.

Courage à tous."

23 mars 2020

"Afin de tenter d’apporter quelques réponses aux nombreuses questions et interrogations qui circulent sur internet.

J’ai décidé aujourd’hui de diffuser le communiqué de presse de l’ARS qui indique que "seule la Nièvre reste à ce jour en deçà des seuils épidémiques déterminés par Santé Publique France" sur les 8 départements de Bourgogne Franche Comté."

24 mars 2020

"Pour mieux comprendre …..

Cette période de confinement est propice à la réflexion et au partage en ligne mais aussi à la compréhension de la situation, notamment sanitaire. Et je crois qu’il faut aider un maximum d’entre nous à comprendre le plus de choses dans ce moment ô combien délicat.

Mon dernier post voulait essayer de faire comprendre que le confinement était la seule arme à notre disposition et qu’il fallait essayer de la pousser à son maximum. Je pense qu’il faut que je développe un certain nombre de points de ma pensée.

Quand je dis que la Nièvre est peu touchée, je m’appuie sur le communiqué officiel de l’ARS (Agence régionale de santé) et je vous ai donné à lire le dernier que j’ai reçu.

Il est clair. Je suis républicain et je n’ai aucune raison de ne pas le croire. Ainsi, je n’ai pas entendu parler de décès par le COVID dans la Nièvre, ni même de patient hospitalisé en réanimation dans un hôpital nivernais pour COVID, mais par contre, je sais que cela va arriver ! Parce que quoique nous fassions, nous n’empêcherons pas ce virus de passer par la Nièvre. Il est trop tard.

Par ailleurs, je ne suis plus maire, je ne suis pas député, ni sénateur et je suis à un an de ma retraite définitive. Je suis président de la collectivité départementale de la Nièvre qui a en charge un certain nombre de compétences et emploie 1700 agents pour les mener à bien. Je ne fais pas les lois, en revanche le les applique. je ne dirige pas la Nièvre. Par contre, je suis responsable de ces 1700 agents et de la qualité du travail qu’ils accomplissent, y compris quand ils le font en un mode dégradé, comme actuellement, et je vous assure qu’ils le font du mieux possible, en faisant la démonstration de leur engagement au service de la Nièvre.

Donc, pour résumer, je n’ai pas de super-pouvoir miraculeux. Et dans la période actuelle, je me préoccupe de la santé des agents et de la qualité de leur travail, car c’est cela qui permettra que les nivernaises et les nivernais soient aidés pour faire face à ce défi majeur.

De plus, aujourd’hui, j’ai 70 ans. 25 ans de mandats politiques que j’ai accomplis avec engagement et abnégation et qui me permettent d’avoir une vision de mon territoire. Par ailleurs, beaucoup le savent, je suis médecin, certes retraité, mais toujours autant au fait de l’actualité médicale et engagé sans relâche pour que le système de santé de la Nièvre ne continue pas à se déliter. Tout cela, je le pense, me donne une légitimité à analyser ce qui nous arrive et à réfléchir à la suite.

Je redis que la Nièvre a commencé son confinement au bon moment et que si on le renforce, si on le pratique avec rigueur, alors nous avons le droit de penser que la pénétration du virus arrivera, certes, mais sera moindre qu’ailleurs et je ne dis rien d’autre. Ainsi, clairement, dans 7 jours, tous ceux qui se seront complètement confinés et ne seront pas malades, seront sûrs de ne pas l’être si, et seulement si, ils se confinent aussi longtemps qu’on le leur dira.

Ensuite, puisqu’on aura débuté le confinement dans la Nièvre alors que nous n’étions pas en période épidémique, il va falloir se confiner plus longtemps. On parle de 3 fois 14 jours après le pic épidémique et vous venez de comprendre sans doute qu’on n’est pas du tout à ce stade du pic épidémique dans la Nièvre.

Vous comprendrez donc que je pense qu’il faudra arrêter le confinement dans la Nièvre un mois et demi après le pic des atteintes par le coronavirus la ou il est apparu en premier. Ce serait une erreur grave que de relâcher l’effort en même temps que ceux qui ont été frappés en premier.

J’ai d’ores-et-déjà demandé au sénateur Patrice Joly qu’il intervienne pour que le dé-confinement ne se fasse pas partout en même temps en France, parce que vous avez compris que si on stoppe trop tôt le confinement de la Nièvre, on risquera une reprise de la maladie.

Si malgré tout, car il faut tout envisager, il y a 30 à 40 % des Nivernais qui sont atteints par le virus, grâce au confinement commencé très tôt, il y aura un étalement dans le temps des malades et donc une meilleure prise en charge par notre système sanitaire, dont on sait que le nombre de lits, donc la capacité de prise en charge, est très inférieure à ce qu’elle est ailleurs.

Par ailleurs, à la fin du confinement, si peu de Nivernais sont atteints, le territoire n’aura pas acquis l’immunité de groupe et nous risquerons alors une reprise de l’épidémie. Il faudra alors être capable de faire beaucoup de tests pour isoler les malades, comme cela a été réalisé dans beaucoup de pays.

En conclusion : on confine, on confine bien, probablement plus longtemps que le reste du Pays, ce qui théoriquement permettra d’avoir moins de cas. Par contre, s’il n’y a pas assez de malades du COVID dans la Nièvre, nous n’aurons pas assez d’immunité de groupe et risquons la récidive. Il faudra alors tester beaucoup et isoler les malades.

Je redis que la Nièvre a un petit avantage car elle a commencé tôt son confinement mais qu’elle a un désavantage qui sera à mon avis un confinement plus long si on le veut efficace. Je préfère ne pas essayer de fixer une date, car je ne veux effrayer personne.

Le fameux confinement qui est compliqué et encore, on ne fait que commencer, ne sera accepté que si on en comprend le sens.

Merci de prendre le temps de me lire et merci de comprendre que je ne m’exprime que parce que mon parcours et mon expérience professionnels me permettent peut-être d’aider à saisir ce qui se passe.

Bon confinement et bon courage à tous."

28 mars 2020

"12ème jour de confinement.

Le confinement a été installé trop tard en France et je partage avec tout le monde l’inquiétude de voir les chiffres augmenter sans cesse mais surtout de la tristesse face à ces nombreux drames que nous observons, impuissant jour après jour.

Dans la Nièvre, Nous restons encore en dessous de ce qu’on appelle le seuil épidémique. Nous ne pouvons pas encore affirmer que notre confinement est une réussite mais le nombre des patients, hospitalisés car c’est le seul que l’on maîtrise avec celui des décès, reste plutôt stable.

J’ai hâte d’avoir 5 à 10 jours de plus pour constater que la situation ne se sera pas trop massivement dégradée. Si tel est le cas, confinons-nous encore plus sévèrement pour faire barrage à cette maladie. Restons chez nous ! A ce propos, je suis en complet désaccord avec les apprentis sorciers qui d’une voix disent « restez à la maison » et d’une autre « allez au travail pour sauver notre économie ». Ce n’est pas possible. Moi, je le dis clairement « sauvons le maximum de monde » et nous verrons le reste après. Il y aura d’ailleurs beaucoup à dire. Gardons et améliorons le rythme de notre confinement et chacun à sa place, essayons de voir ce que l’on peut faire pour améliorer les choses.

Je vous propose aussi d’aborder quelques sujets qui nous concernent tous. Sur les masques, le Conseil départemental dans sa sagesse avait gardé 25.000 masques FFP2 datant de la crise H1N1 de 2009.
15.000 ont été mis par solidarité à la disposition de l’ARS, donc des soignants nivernais et 10.000 sont en train d’être répartis pour que le Conseil départemental et ses agents poursuivent leurs missions.

Aujourd’hui, la MADEF (Aide Sociale à l’Enfance) est équipée et dans la semaine prochaine tous les sites d’actions médico-sociaux seront équipés pour permettre à nos agents de faire des interventions d’urgence dans les différents domaines de la solidarité. Les assistants familiaux seront également équipés.

En réunion hier, l’ARS s’est engagée à ce que chaque établissement et association qui œuvre dans le médico-social soit équipé. C’est le cas notamment de nos EHPAD.

De plus, le Département attend une nouvelle commande, de même que la Région, qui portera nos réserves à plusieurs dizaines de milliers de masques dont je pense qu’il faudra s’en servir en respectant les consignes.

Je souhaite également vous dire que tous les nivernais qui dépendent de la solidarité exercée par le Conseil départemental recevront leurs allocations individuelles de solidarité et les aides habituelles qui leur permettent de tenter de surnager dans la vie de tous les jours, même s’il y aura de temps en temps un peu de retard. Vous trouverez à la fin de mon post la liste des services d’action médico-sociaux que vous pouvez joindre par téléphone.

Par téléphone car ça me permet de rebondir en disant qu’aucun déplacement d’un agent du Conseil départemental ne doit se faire sans que son utilité et sa nécessité soient clairement mises en évidence et il faut qu’il en soit de même dans tout le département.

Ne faisons plus que les déplacements indispensables.

Je continue de penser que si le confinement est maintenant organisé, il faut déjà penser au déconfinement pour ne pas avoir encore une fois plusieurs semaines de retard.

Je pense que dès le début du déconfinement, il faudra multiplier les tests et confiner alors les patients positifs comme le font déjà certains pays.

J’ai donc demandé aux responsables du Laboratoire départemental d’analyses et de conseils de vérifier la possibilité de participer à l’élaboration de ces tests aux côtés des autres laboratoires, même si ce n’est pas son champ d’action habituel.

Je termine ce post en donnant le numéro de téléphone de tous les sites d’actions médico-sociaux qui sont à l’écoute des Nivernaises et des Nivernais pouvant avoir des problèmes de solidarité ainsi que celui de la cellule de recueil des informations préoccupantes ou encore le centre départemental de planification.

Il me semble aussi important de rappeler que l’ensemble des dispositifs d’aides et d’accompagnements des plus fragiles ou de ceux qui pourraient être en danger sont également toujours à votre disposition. Je parle entre autres des dispositifs de protection de l’enfance, et notamment le 119, de lutte contre les violences conjugales avec le 3919 ou encore le dispositif « la croix rouge chez vous » joignable au 09 70 28 30 00. Je ne peux pas tous les rappeler mais plus qu’en temps normal, contactez les sans réserve si le besoin s’en fait sentir."

31 mars 2020

"15e jour de confinement / Et ensuite...

Nous bouclons notre 2ème semaine de confinement. C’est une date emblématique parce que c’est peu ou prou le temps que met ce maudit virus pour éventuellement s’installer chez les pauvres humains que nous sommes. Si vous vous êtes bien confinés depuis le début, vous n’avez plus à redouter d’avoir attrapé ce COVID avant la période de confinement.

Je souhaite aujourd’hui partager avec vous d’abord les bribes d’informations qui sont les miennes, mais qui pour autant permettent tout de même de tirer quelques conclusions.

Ce matin, ont été enregistrés les deux premiers décès COVID de la Nièvre et aujourd’hui 9 personnes sont en réanimation à NEVERS dont certaines ont été transférées de DIJON. Par contre, il n’y a aucun cas confirmé de COVID dans les EHPAD de la Nièvre, ni parmi les résidents, ni parmi les soignants. Même si elle est encore très amortie, la courbe des patients nivernais atteint du virus augmente sans aucun doute.

Tirons quelques conclusions et faisons quelques prévisions.

Sauf mauvaise surprise dans les jours à venir, on peut d’abord dire que le confinement marche. La progression du virus dans la Nièvre est ralentie grâce à son confinement commencé très tôt avant la phase véritablement épidémique. Alors d’abord, continuons de nous confiner, de bien nous confiner, de le faire encore mieux et de façon réfléchie. Surtout ne nous relâchons pas ce serait la pire des choses. Ne surtout pas se dire qu’on peut reprendre la vie d’avant parce qu’on est aujourd’hui presque indemne, parce que nous savons que très rapidement les chiffres peuvent changer.

Maintenant, projetons-nous.

Peut-être que le virus va s’étendre dans la Nièvre comme il s’est étendu dans beaucoup de territoires français. Nous devrions vivre ce que vit la majorité des départements français.

Peut-être que l’augmentation des cas restera faible avec peu d’augmentation des malades, nous serons confrontés à un difficile problème qui sera celui de la sortie de confinement si elle n’est pas préparée. Si c’est le cas et on le saura dans une quinzaine de jour, si notre courbe de patients atteint reste amortie, et si la date du déconfinement est la même pour toute la France, il faudra mettre en place un certain nombre de chose pour déconfiner car nous aurons un fort risque de retour de l’épidémie, puisque nous n’aurons pas d’immunité de groupe.

-  Il faudra vivre dans la sphère publique avec des masques, peut-être aussi dans la sphère privée.

-  Il faudra être en capacité de faire dans la Nièvre des centaines de tests de dépistage par jour, pour dépister rapidement les cas positifs et pouvoir le faire dans toute la Nièvre.

-  Il faudra prévoir des lieux d’accueil pour confiner les gens « positifs » qui ne pourraient pas rester seuls notamment pour des problèmes sociaux.

Tout ça se prévoit ; Je demande donc en mon nom, mais aussi au nom des Nivernais, qu’on nous informe sur ce qui est fait pour s’y préparer, car je redoute fort qu’aujourd’hui on ne le fasse pas.

Voilà, je vous fais part de mes réflexions qui n’engagent que moi, mais qui me semblent être plutôt de bon sens.

Par ailleurs, je voulais vous dire que le Conseil départemental est en mode dégradé mais continue d’assurer ses missions. Tous les Agents devant être protégés dans l’exercice de leurs missions auront à leur disposition des masques et des gants avant la fin de la semaine pour qu’ils puissent travailler avec un maximum de sécurité.

Je finirai en disant que les échanges que j’ai avec vous via les réflexions que vous me faites par internet et celles que j’ai avec les nombreux interlocuteurs du Conseil départemental, par téléphone ou par mail, sont très riches et m’aident dans mes réflexions. Je crois que la majorité d’entre vous laisse bien entendre que demain ne pourra pas être comme hier et que la terrible crise que nous vivons donne envie à beaucoup d’entre vous d’être dans la construction de demain."

HAUT