1er mai 2020

La Nièvre est rouge.

On a longtemps dit qu’elle était rose. Non, depuis 19 heures hier, elle est rouge. Et ce classement sanitaire, car il n’est que sanitaire a surpris beaucoup de Nivernais, moi en premier, car je m’étais levé persuadé que nous serions verts. J’en étais tellement persuadé que je n’avais que survolé les critères qui permettaient le classement. Je les ai donc repris. Finalement, c’est facile. Il n’y en a que deux.

Le premier, c’est la saturation des services de réanimation et là, il faut savoir que c’est l’ensemble des lits de la Région qui est pris en compte donc même si la voix du Groupement Hospitalier Territorial (GHT) nous dit qu’il n’y a plus que 5 cas de COVID en réanimation à Nevers, il est vrai que la Région est encore en grande tension donc rouge pour ce critère. Le deuxième et dernier critère est censé évaluer la circulation du virus et pour la mesurer, on utilise le pourcentage d’usagers passés dans le service des urgences déclarant qu’ils se suspectaient d’être COVID +, et là, il faut reconnaître que c’est très subjectif et là encore, on est rouge. Rouge + rouge = rouge. Finalement, on se rend compte ainsi que d’autres critères (nombres de test COVID par habitant par exemple) auraient selon moi, mieux traduit la réalité de la circulation du virus.

Donc, soit, je prends le classement rouge, mais je le pondère avec les chiffres que nous donne très régulièrement et je l’en remercie M. THURIOT, Président du Groupement Hospitalier de Territoire, et qui laisseraient plutôt à être optimiste. Quoi que. Au jour le jour, les chiffrent baissent, notamment ceux en réanimation, mais hier en lisant comme vous le Journal du Centre, j’ai appris que 30 patients étaient décédés dans 2 EHPAD dépendant du GHT, 16 à l’EHPAD Colbert et 14 à Cosne. On ne nous avait pas tout dit et reprenant quelques mauvaises habitudes de notre gouvernement, on nous avait caché des choses. C’est plutôt insupportable. Donc en réalité, il y a 30 décès COVID supplémentaires ces derniers jours dans les établissements du GHT. J’espère qu’à l’avenir, le responsable de la communication donnera les bons chiffres à M. THURIOT, car je ne voudrais pas qu’on l’accuse de camoufler la vérité.

Ceci étant dit et là aussi expliqué, cette classification en rouge ne doit pas être appréhendée comme une mauvaise nouvelle, car vous savez que même si je pense qu’il faut commencer à desserrer l’étreinte du confinement, il faut le faire avec prudence et le rouge permet de rester vigilant. Le rouge interdit la réouverture des parcs et des jardins publics. Soit, il y a d’autres espaces naturels dans la Nièvre où nous pouvons nous détendre. J’habite Decize et si ma mémoire est bonne, il n’y a pas d’espace public ayant le titre de parc et jardin.

Deuxièmement et surtout, le rouge interdit la réouverture des collèges et là, vous aurez compris si vous me lisez habituellement que pour moi, c’est une très bonne chose. En espérant que cette interdiction aille jusqu’à la fin de l’année scolaire et là je crains effectivement que la capacité à réfléchir de nos gouvernants les amènent à considérer que toutes les équipes encadrantes et enseignantes de collèges vont être l’arme au pied tous les jeudis à savoir si on est rouge ou vert. Ce que je sais de la médecine me laisse à penser qu’une situation telle que celle que nous vivons ne peut pas se redresser en 8 jours et je le dirais par écrit aux responsables.

Pour moi, le point négatif du rouge et il y en a un, c’est l’image qui est transmise, car certains Français risquent d’en retenir une image péjorative, voire considérer qu’il pourrait être dangereux de venir dans la Nièvre, ce qui immanquablement va nous gêner notamment pour notre prochaine campagne touristique. Ce qui me permet de vous dire et vous redire, Nivernaise et Nivernais, prévoyez des vacances et prévoyez-les dans la Nièvre. Continuez de faire de plus en plus confiance comme vous êtes d’ailleurs en train de le faire à nos producteurs et à nos artisans locaux. C’est nous qui allons permettre que la reprise se fasse le mieux possible et en plus, la plupart de ces activités se font en respectant le confinement ou le déconfinement adapté.

Peut-être finir mes propos avec une note optimiste. La presse médicale et scientifique se fait de plus en plus écho de progrès dans la recherche d’un traitement et d’un vaccin. On peut se dire qu’assez vite des traitements vont améliorer la prise en charge notamment des cas graves. On peut se dire que très vite un vaccin sera mis au point et diffusé. En attendant, contre la maladie, il faut gagner du temps. Incontestablement, nous en avons gagné avec le confinement. Mais on sent qu’il faut le desserrer sous peine de voir d’autres pathologies physiques et psychiques prendre le devant de la scène. Par contre, il faut continuer de gagner du temps en favorisant le confinenement des plus anciens et des malades en respectant la distanciation sociale en portant un masque en acceptant toutes ces contraintes fortes et inhabituelles et finalement se dire que le rouge va nous aider.

Et puis se dire qu’on ne fait pas ça pour rien, mais pour sauver des vies. Confinez-vous toujours aussi bien et restez vigilant.

Alain LASSUS
Président du Conseil départemental de la Nièvre

Dernière minute :
Je viens d’apprendre par le directeur de l’ARS et je l’en remercie que les chiffres sur la circulation du virus donnés par des services d’urgences du département n’étaient pas les bons et qu’en réalité sur ce critère, la Nièvre aurait dû être en vert comme le Cher, le Lot et la Haute Corse.
Cependant, même si nous avions un critère rouge et un critère vert, selon le règlement cela donne quand même un classement rouge. Ces données toutefois doivent rassurer les Nivernaises et les Nivernais sur le faible taux de contamination par le virus dans le département.
On peut dire également que si l’on reste sur ces 2 critères jeudi prochain la Nièvre sera encore rouge car la tension en réanimation en BFC ne diminue que très lentement. Si un troisième critère est rajouté, le département pourrait par contre sans doute repasser en vert.

9 mai 2020

54e jour de confinement / Une libération ?

Je sens que tout le monde est dans les starting blocks, que le 11 mai, ce sera un peu comme un soir de victoire de Coupe du monde de football. Ce sera pour beaucoup un sentiment de libération. Et pourtant, si libération il y a, elle est conditionnée. Notre ennemi, le virus, est toujours là. Il est moins voyant, mais il se tient prêt.

Alors, disons nous que le confinement a réussi ! Il a joué son rôle. Il a freiné l’extension de la maladie et nous en sommes à un stade où la poursuite d’un confinement sévère pourrait retentir sur notre santé physique et mentale. Mais surtout, ne nous disons pas qu’après le 11 mai, ce sera la même vie qu’en janvier et février dernier. Il faut desserrer l’étreinte progressivement, réfléchir sérieusement à la façon dont on le fait, surtout en protégeant les plus fragiles d’entre nous. Partout des protocoles ont été écrits. Il faut les lire, les comprendre et les appliquer. Mais, il faut aussi les critiquer quand on pense qu’ils sont contraires à l’intérêt collectif. Et puis, on peut se passer de starting block car nous partons pour une course de fond, un déconfinement progressif, mais qui va durer plusieurs mois (1 an ?) en attendant que nous soyons tous protégés par un vaccin efficace.

Une petite note d’optimisme pour les mois qui viennent... La médecine progresse très vite, surtout quand elle y est contrainte et on trouve des traitements partiellement efficaces mais surtout on améliore la prise en charge des plus touchés et le pourcentage des gens qui survivent aux formes sévères augmente sérieusement et continuellement.

Je continue à dire que l’ouverture de nos écoles est un scandale sanitaire. Est-il si pressé d’organiser des regroupements pas forcément nécessaires pour essayer de redonner de la force au virus ? Ne fallait-il pas plutôt travailler sur un vrai projet pédagogique adapté à la situation sanitaire, à nos capacités en locaux et en personnels enseignants ou de supports pour organiser une vraie rentrée en septembre ?

La semaine prochaine, il aurait bien sûr été plus profitable de demander aux parents de participer au déconfinement progressif de leur enfant en les resocialisant progressivement plutôt que de les passer en une matinée du confinement total, qu’ils ne comprennent pas toujours, à une scolarité qui n’en sera pas une, qu’ils ne comprendront pas non plus. Visiblement, pas de déconfinement progressif pour nos enfants...

Je l’ai dit, je suis républicain et je prépare avec les équipes du Département la rentrée des collèges, mais je suis aussi médecin et en cas de suspicion ou de confirmation de COVID dans un établissement, je renverrai tous les agents du Département à la maison pendant 8 jours, parce que c’est ce que j’ai appris qu’il fallait faire, il y a très longtemps, à la faculté.

Je veux aussi vous parler du classement rouge de notre beau département. Plus tôt, j’ai parlé de scandale sanitaire. Ici, c’est un scandale politique ou plutôt la preuve de l’incapacité de notre gouvernement à gérer la crise. La semaine dernière, c’était une erreur. Bon, passons ! De toute façon, on était confiné. Tout le monde n’avait pas compris, et n’avait pas compris notamment, que c’était un classement régional et non pas départemental et il n’y avait pas de conséquence directe si ce n’est l’image une fois de plus péjorative qu’on donnait, venue d’en haut de la Nièvre.

Hier, tout le monde savait qu’il n’y avait plus de patient en réanimation, que le département disposait d’une capacité de tester (il va falloir tester, tester et retester dans la période qui arrive) suffisante et nous comprenions que la circulation du virus était très ralentie. Donc, vert. Eh bien non, rouge. Inexplicable... Et là, on sent venir dans le discours du Premier ministre que les sanctions vont tomber sur l’ouverture impossible des commerces, des bars, des restaurants, des hôtels, en gros tout ce qu’il faut pouvoir réorganiser vite afin notamment de nous remettre en ordre de marche en vue de la saison touristique, élément important d’une relance économique éco-compatible. Il n’y a aucune logique sanitaire à faire dépendre les lits de réanimation de Nevers de ceux de Dijon, surtout qu’autour de nous, c’est vert (Allier, Cher et Loiret). Une fois de plus, la Nièvre est montrée du doigt. Depuis 15 ans, on a détruit notre offre sanitaire et aujourd’hui, on fait artificiellement de notre territoire un espace soi-disant dangereux en termes de santé.

Je vais proposer à mes Collègues élus une riposte sévère si la Nièvre n’est pas verte jeudi prochain.

Quelques lignes sur le déconfinement du Conseil départemental et ce qu’il met en place. Lundi, je vais signer la convention qui va lier le Laboratoire départemental et le Centre hospitalier de Nevers. Dès le 18 mai, nous serons en capacité de faire 200 tests par jour et éventuellement 400 sur le site du Laboratoire. J’ai émis l’idée de réfléchir à l’acquisition en commun d’une machine plus performante qui pourrait nous permettre de passer à 800 tests.

Je me félicite que grâce à la plateforme Nièvre solutions solidaires que nous avons mise en place, 70.000 masques dits grand public ont été ou vont être réalisés dans de nombreuses communes de la Nièvre. Je remercie ici tous ceux qui se sont mobilisés et en particulier les agents du Département.

Et puis, nous préparons la reprise à partir de lundi d’un certain nombre de politiques qu’il faut réactiver, mais je souhaite, et je pense que les agents du Conseil départemental le souhaitent aussi, que cela se fasse en privilégiant la sécurité sanitaire. Et, c’est ainsi par exemple que sur ma proposition, les services compétents du Département préparent une plateforme qui permettra de faire les prélèvements pour les tests COVID et d’accompagner sous plusieurs axes les agents ou leurs familles touchées par la maladie.

Cette plateforme pourra s’étendre à d’autres organismes du département, si la demande nous en est faite, car je rappelle toujours que la solidarité est un de nos marqueurs forts.

Voilà, bon courage à vous. Déconfinez-vous progressivement. Pensez à nos aînés et à nos malades et protégez-les. N’oubliez pas de continuer à consommer toujours plus de produits en circuit court et de préparer vos vacances…. dans la Nièvre… qui je l’espère sera verte.

HAUT