L’eau est précieuse, je la respecte

Longtemps appelé « vert pays des eaux vives » le Département de la Nièvre connaît des enjeux importants liés à l’eau, élément indispensable aux activités économiques, et notamment à l’agriculture. Avec la présence de nombreux cours d’eau (dont la Loire, l’Allier, l’Yonne, …), de lacs, de canaux, l’eau constitue par ailleurs un atout pour les activités touristiques et de loisir, et un élément essentiel du paysage nivernais.

Une charte pour bien agir en faveur de l’eau

Suite à la concertation des acteurs de l’eau, une charte fixe les comportements à adopter et une cohérence dans le travail qui reste à mener, permettant à chacun de contribuer à son niveau à la préservation de cette ressource.
L’ambition de cette Charte est de fédérer l’ensemble des acteurs concernés par la gestion de l’eau autour d’objectifs ambitieux dans une perspective de développement durable. Après de nombreux échanges, un plan d’action a été élaboré et validé.
Cette politique permet d’afficher aujourd’hui sept objectifs déclinés en 41 fiches actions :

  • Objectif 1 - Assurer une gestion responsable et économe de la ressource
  • Objectif 2 - Maîtriser les sources de pollution
  • Objectif 3 - Agir pour qu’une eau potable soit accessible à tous
  • Objectif 4 - Promouvoir les actions de préservation et de reconquête des milieux naturels
  • Objectif 5 - Prendre en considération l’eau dans tout projet d’aménagement du territoire
  • Objectif 6 - Faire de l’eau le levier d’un développement économique durable
  • Objectif 7 - Promouvoir la composante « eau » de notre territoire

Consulter La Charte et ses fiches action
Découvrir la liste des signataires
Je m’engage, je signe la Charte

Les actions menées dans le département :

Le concours VidéEAU

Dans le cadre de la journée mondiale de l’eau du 22 mars 2016, un concours vidéo (vidéEAU) a été organisé auprès des écoles, collèges, lycées et centres sociaux du Département. Ce concours fut l’occasion de sensibiliser les jeunes aux enjeux de l’eau à travers une démarche de projet et en développant des compétences transversales.

Accéder au site "jeconomisel’eau.org"

... et aussi

Conseil départemental de la Nièvre

Service Départemental de l’Eau
14 Bis Rue Jeanne d’Arc - 58039 NEVERS Cedex
Tél : 03 86 71 81 20

sde@nievre.fr

Les cours d’eau

Autrefois nommée Vert Pays des Eaux Vives, la Nièvre possède près de 5000 kilomètres de rivières et canaux. Les rivières constituent des écosystèmes d’une grande richesse floristique et faunistique. C’est un milieu de vie qu’il est plaisant de fréquenter et où se marient des activités de tous les genres. Une rivière reste quand même un milieu fragile qu’il est nécessaire de préserver face aux activités humaines.

Le département de la Nièvre est traversé par deux grands fleuves, la Loire et l’Allier et de nombreux cours d’eau. L’ensemble du territoire drainé par un cours d’eau principal et ses affluents s’appelle un bassin versant. La Nièvre est divisée en 2 bassins versants (Loire Bretagne et Seine Normandie).
Carte structures compétentes en adduction d'eau potable

Le statut des cours d’eau domaniaux et non domaniaux

L’entretien des cours d’eau domaniaux incombe à l’état.
Les cours d’eau non domaniaux sont caractérisés par opposition aux cours d’eau domaniaux. Les cours d’eau nivernais sont pour la plupart des cours d’eau dits « non domaniaux » ou de propriété privée. Le lit et les berges des rivières ont donc différents propriétaires. Leur entretien incombe aux propriétaires. Les limites de propriété se situent au milieu du lit de la rivière (article L215-1 à 6 du code de l’environnement).

Les caractéristiques physiques et géologiques du département

Il est nécessaire de connaitre la géologie des sols, le climat et la pluviométrie pour comprendre les variations de la ressource en qualité et en quantité.

La géologie

Située dans les formations géologiques du sud-est du Bassin Parisien, la Nièvre présente une grande variété de paysages en lien directement avec la géologie du sous-sol :

  • La Loire et l’Allier et leurs nappes alluviales
    Au Sud, principalement entre la Loire et l’Allier, les plateaux de sables et argiles du Bourdonnais marquent le paysage.
    Enfin, l’extrême Nord Ouest du département est caractérisé par des formations plus récentes correspondant aux plateaux de la Puisaye avec ses argiles, sables et grès.
  • La zone de la Puisaye et ses argiles et sables
  • La zone du « Bazois » et ses grès silicifiés
  • Le centre nivernais et ses calcaires
    Vers l’Ouest, s’étend ensuite le Nivernais avec son substratum de calcaires hétérogènes, base d’une variété de paysage allant des vallons bocagers aux plateaux et coteaux viticoles de la Bourgogne nivernaise pour finir dans les vallées de la Loire et de l’Allier.
  • Le Morvan et son socle cristallin.
    A l’Est, se trouvent les hautes terres cristallines du Morvan avec son point culminant le Haut Folin à 901 m. Cette zone de moyenne montagne est principalement boisée.
    En appui sur ce socle vient la dépression du Bazois avec ses argiles et marnes propices aux prairies.

Le climat et la pluviométrie

De part cette géologie variée, le climat est différent entre l’Est et l’Ouest du département. Le val de Loire connaît un climat à influences océanique avec des précipitations moyennes de 600 à 800 mm par an tandis que le Morvan subit un climat semi-continental dont la pluviométrie moyenne peut atteindre les 1000 à 1500 mm par an.
Ainsi sur la zone du Bazois par exemple où les formations sont plutôt marneuses nous avons un important chevelu hydrographique dont les débits sont tributaires essentiellement de l’intensité des pluies. A l’inverse dans les secteurs où ce sont d’épaisses formations de calcaires qui dominent, comme dans la région du Nohain (Donzy, Garchy), c’est la nappe d’eau souterraine qui assure le débit des rivières en période estivale et en l’absence de précipitations.

L’hétérogénéité de ce substratum géologique entraîne en plus des paysages contrastés, des ressources en eau en quantité et qualité très différentes.

L’eau en quantité

L’eau est très présente sur le département mais malgré tout, les cours d’eau peuvent subir des étiages sévères et conduire à des restrictions d’eau. Inversement, en hiver, des inondations peuvent être occasionnées par des pluies abondantes.

Les débits des cours d’eau

Des cours d’eau serpentent lentement dans les plaines alluviales de la Loire ou de l’Allier. Dans le centre de la Nièvre le support calcaire leur donne un caractère particulier, avec un régime un peu plus rapide. Avec des variations dans les débits qui font que chaque cours d’eau est diffère lors des périodes de l’année. Par exemple le débit de l’Ixeure, affluent de la Loire à l’amont de Nevers, peut être extrêmement faible en été. Par contre, en hiver, il connaît de très fortes crues.
Un autre cours d’eau, la Nièvre, est beaucoup moins sensible à l’étiage, grâce aux réserves qui se sont constituées dans le sous-sol.
Dans le Morvan les cours d’eau ont la caractéristique des rivières de montagne. Alimentés par une pluie abondante et par des sources qui prennent naissance dans l’arène granitique. Ces sources sont très nombreuses mais d’un faible potentiel et leurs débits deviennent très faibles, quelquefois nuls en étiage. L’eau est acide, ce qui n’est pas favorable à la diversité, mais ce qui permet par contre d’héberger des espèces rares.

Consultez les débits sur hydroréel
Dreal bourgogne Franche Comté

La Qualité de l’eau : une surveillance de chaque instant

Le Département et ses partenaires surveillent la qualité de l’eau des principaux cours d’eau du département. Environ cinquante points de mesure permettent chaque année de mesurer la qualité de l’eau sur différents paramètres. Cette connaissance permet de protéger la ressource face aux différentes pollutions. La protection de la ressource sur un territoire est essentielle. Les enjeux sont environnementaux, économiques et sanitaires.
La qualité de l’eau sur un territoire est un véritable patrimoine qu’il faut entretenir et améliorer car une eau de bonne qualité est bénéfique à tous les usagers. Son suivi est indispensable pour bien choisir les actions à conduire et remédier aux dégradations qui ont été identifiées.

Les objectifs des suivis ?

  • dresser un diagnostic des cours d’eau
  • déceler des pollutions accidentelles car elles peuvent modifier ou détruire la faune et la flore
  • adapter les usages (eau potable, baignade, abreuvage, pêche…) en fonction de la qualité de l’eau
  • fournir un indicateur sur l’efficacité des actions de dépollution et d’aménagement des cours d’eau.

La réglementation

La protection de ce patrimoine est assurée par diverses politiques. La Directive Cadre Européenne sur l’Eau de 2000 a fixé des objectifs ambitieux pour la préservation et la restauration de l’état des eaux superficielles et souterraines. La DCE (Directive Cours d’eau) a pour objectif majeur "le bon état des eaux" et la non dégradation de l’existant.
La stratégie et le programme d’action à mener pour améliorer le plus rapidement la qualité des rivières est décrite dans le SDAGE (Schéma d’aménagement et de Gestion des Eaux). Il identifie les enjeux et les solutions pour un bon état des eaux.
La mise en œuvre de ces politiques de gestion requiert une bonne connaissance de l’état des milieux aquatiques. Cette connaissance est obtenue par divers réseaux de suivi de la qualité de l’eau superficielle et souterraine.

Les principes d’évaluation de la qualité de l’eau superficielle

Le Conseil départemental a créé un réseau de suivi de la qualité de l’eau superficielle, en partenariat avec les agences de l’eau Loire Bretagne et Seine Normandie. Ce réseau départemental a pour objectif de parfaire la connaissance sur le territoire.

L’objectif de bon état chimique consiste à respecter des seuils de concentration appelés normes de qualités environnementales (NQE). Ces seuils se rapportent à une liste de 45 substances (métaux, pesticides, hydrocarbures, solvants etc.) visées par la directive cadre sur l’eau.

L’utilisation de la rivière

Les rivières satisfont de nombreux usages en agriculture (abreuvage des animaux), en tourisme loisir (baignade, pêche, canoë) mais aussi en alimentation en eau potable. C’est donc une ressource essentielle.
Les rivières subissent également de nombreuses pressions avec des travaux hydrauliques (recalibrage, curage), la présence d’ouvrage hydraulique, le piétinement par les animaux, les passages à gué, les espèces végétales et invasives et les pollutions diverses. En effet, la rivière, en collectant les eaux du bassin versant, est aussi le réceptacle de nombreuses pollutions (domestiques, urbaines, industrielles et agricoles).
Face à ces pressions des travaux peuvent être réalisés afin d’améliorer ou de moins dégrader ce milieu.
N’hésitez-pas à contacter le service des eaux. Il saura vous conseiller.

L’entretien des cours d’eau : favoriser la biodiversité

La végétation des rives joue un rôle majeur de corridor biologique avec une biodiversité à préserver.
L’entretien de cette végétation joue un rôle primordiale dans le maintien des berges et le fonctionnement de l’écosystème.. Elle joue également un rôle de filtration des pollutions. Les différents organismes vivants dans une rivière (plante, insectes, bactéries…) ont des rôles qui se complètent. Ils permettent le maintient de la qualité de l’eau grâce à l’auto-épuration naturelle : une partie des nutriments (nitrate, phosphate…) présents dans l’eau est "nettoyé". Il est donc nécessaire de l’entretenir et de la protéger afin de garder un équilibre naturel.

Consulter et télécharger ici la synthèse documentaire préparée par les services du Conseil départemental

... et aussi

Conseil départemental de la Nièvre

Service de l’Eau - Conseil départemental

14 Bis Rue Jeanne D’Arc
Tel : 03 86 71 81 20

sde@nievre.fr

Eau potable

Les équipements nivernais pour la distribution d’eau comprennent notamment 195 stations de traitement, 347 réservoirs, environ 7500 km de canalisations.

La majeure partie de ces équipements a été créé entre 1960 et 1975. La vétusté de ces réseaux provoque de nombreuses fuites. En moyenne, 30% de l’eau captée n’arrive pas aux habitations. Des travaux sont donc nécessaires pour remettre en état les ouvrages et renouveler le réseau de canalisations.

7500 km de réseaux d’eau
25 000 000 de m3 d’eau pour la consommation humaine

D’où vient l’eau que je bois ?

L’eau consommée au robinet a été captée à l’émergence d’une source, dans un puits, dans un forage. Elle peut avoir été prélevée dans un lac, voire directement dans un cours d’eau.
Les lieux où l’eau destinée à l’alimentation en eau potable est captée sont appelés captages.
321 captages sont recensés dans le département.
L’eau est ensuite traitée. Elle transite par des canalisations, des réservoirs, avant d’arriver dans chaque habitation.

Qui gère l’eau ?

Les installations destinées à l’eau potable (puits, usine de traitement, canalisations, réservoirs, …) appartiennent à des collectivités : dans la Nièvre 92 collectivités, communes ou EPCI gèrent l’eau potable.
Le service peut être géré en régie ou affermé. 65% des communes gèrent le service de l’eau en régie, les autres confient cette mission à des sociétés privées (Saur, Suez ou Véolia).

Combien coûte l’eau ?

Le montant de la facture d’eau, pour une consommation identique, demeure très disparate selon les communes. La facture peut intégrer, ou non, le service d’ assainissement. Elle inclut des taxes et redevances, notamment celles destinées aux agences de l’eau. Le coût moyen dans la Nièvre, hors service assainissement et sur la base d’une consommation annuelle de 120 m3 est de 2,14 euros ttc/m3.

... et aussi

Le Service De l’eau (SDE)

du Conseil départemental de la Nièvre

14 Bis Rue Jeanne d’Arc
58039 NEVERS Cedex
Tel : 03 86 71 81 20

sde@cg58.fr

Les eaux usées domestiques

Les eaux usées proviennent des activités humaines, elles sont considérées comme domestiques lorsqu’il s’agit des rejets d’eaux utilisées dans les habitations.

  • La Nièvre compte environ 123 000 logements
  • 59% relèvent de l’assainissement collectif
  • 41% de l’assainissement non collectif.

Qu’entend-on par eaux usées domestiques ?

Les eaux usées domestiques se composent d’eaux ménagères (cuisines, salles de bain, machines à laver) et d’eaux vannes (toilettes). Les premières contiennent notamment des graisses et détergents, les secondes des matières fécales et azotées.
En France, la quantité quotidienne moyenne d’eau usée domestique rejetée est de 120 litres par habitant. Dans la Nièvre, elle varie plutôt de 75 à 100 litres par habitant en fonction du type d’habitat (rural/urbain).

Pourquoi épurer les eaux usées domestiques ?

Le milieu naturel possède un pouvoir épurateur naturel. Cependant, la pollution que nous rejetons quotidiennement est trop importante et ne peut être absorbée. Il est donc indispensable d’agir afin de protéger nos cours d’eau et nos eaux souterraines. Aussi, avant rejet, l’assainissement ou épuration consiste à collecter, transporter et traiter les eaux usées domestiques.
L’objectif est de dépolluer suffisamment les eaux usées afin que leurs rejets ne dégradent pas le milieu naturel et ne portent pas atteinte à la salubrité publique.

Qui gère les eaux usées domestiques ?

Il existe deux sortes d’assainissement :

Soit les eaux usées d’un ensemble d’habitations sont rejetées dans un système de collecte pour arriver à un dispositif de traitement commun, il s’agit de l’assainissement collectif, plutôt pour un habitat dense. Il est de la responsabilité de la commune ou d’un groupement de communes.
Soit chaque habitation possède son propre système d’assainissement, on parle alors d’assainissement non collectif, également appelé assainissement individuel ou autonome, plutôt en milieu rural. Dans ce cas, le propriétaire est responsable du fonctionnement et de l’entretien de son système. Les communes ou leurs groupements doivent assurer un service de contrôle des installations.
Les collectivités ont l’obligation de délimiter les zones de leur territoire qui relèvent de l’assainissement collectif et celles qui relèvent de l’assainissement non collectif.
La loi NOTRe ( Nouvelle Organisation Territoriale de la République) transfère la compétence « assainissement » à titre obligatoire, à partir du 1er janvier 2020, des communes vers les communautés de communes et d’agglomération.

Actions du Conseil départemental de la Nièvre

Le Conseil départemental assure dans le domaine de l’assainissement (collectif et non collectif) :
une assistance technique auprès des collectivités : communes et Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI),
une aide financière en fonction de certains critères,
un recueil des données.

... et aussi

Le Conseil départemental de la Nièvre

Le Service de l’eau (SDE)

14 Bis Rue Jeanne d’Arc
58039 NEVERS Cedex
Tel : 03 86 71 81 20

sde@cg58.fr

L’assainissement non collectif

Toutes habitations non raccordées à un réseau public d’assainissement collectif doivent être équipées d’une installation d’assainissement non collectif en bon état de fonctionnement. L’assainissement non collectif concerne la quasi-totalité des communes du département. Ce dernier est défini comme tout système d’assainissement effectuant la collecte, le transport, le traitement et l’évacuation des eaux usées domestiques ou assimilées des immeubles non raccordés au réseau public de collecte.

Les services d’assainissement et leurs missions

Conformément à la règlementation les communes ont mis en place des Services Publics d’Assainissement Non Collectif dits SPANC.

Ils réalisent :

  • Pour les installations neuves et réhabilitées, un examen préalable de conception et une vérification de l’exécution des travaux.
  • Pour les autres installations, une vérification périodique de bon fonctionnement et d’entretien des installations

Les SPANC peuvent également proposer des missions facultatives, avec l’accord écrit des propriétaires :

  • L’entretien
  • Les travaux de réalisation/réhabilitation
  • Le traitement des matières de vidange


Consulter la liste des SPANC de la Nièvre

Les SPANC ont le choix de proposer ces prestations selon une gestion qui peut être soit en régie avec du personnel propre ou avec prestation de service soit en délégation de service public.

Le cout de l’assainissement non collectif dans la Nièvre

Il est fonction des différentes prestations possibles.
Les usagers d’une installation d’assainissement non collectif paient une redevance pour service rendu destinée à financer les charges du service. Le coût est lié aux contraintes locales et aux choix politique de gestion du service.
rapprochez-vous de votre SPANC de rattachement pour plus d’informations

  • Prestation « vérification du neuf »
    Cette redevance comprend l’examen de conception et la vérification de l’exécution des travaux. Elle est facturée au propriétaire.
  • Prestation « vérification de l’existant »
    Cette redevance est facturée au titulaire de l’abonnement d’eau (ou au propriétaire avec possibilité pour ce dernier de la récupérer sur les charges locative).
  • Prestation « entretien »
    Cette redevance est facturée au titulaire de l’abonnement d’eau (ou au propriétaire avec possibilité pour ce dernier de la récupérer sur les charges locative).
    Le coût de la prestation est fonction de la nature des opérations effectuées chez l’usager et basé sur un bordereau de prix.

Des systèmes de qualité

Afin d’avoir sur le département des installations d’assainissement non collectif pérennes et respectueuses de l’environnement, une Charte pour la qualité de l’assainissement non collectif Consulter la Charte pour la qualité de l’assainissement non collectif est mise en place.

Pour en savoir plus :

Les sous-produits de l’assainissement

En Nièvre

  • 2000 tonnes de boues produites /an par les stations d’épuration
  • 45% des boues produites dans l’agglomération de Nevers

Les stations d’épuration génèrent des boues qui doivent être éliminées.
Ces boues, correctement traitées et contrôlées, peuvent permettre d’enrichir des sols pour les cultures. Cette valorisation agricole des boues constitue une bonne solution pour l’environnement.

  • 34 plans d’épandage
  • 47 agriculteurs concernés
  • 823 tonnes de matière sèche sur 597 hectares

Afin de garantir leur bon fonctionnement, les installations d’assainissement non collectif doivent être vidangées régulièrement. La vidange doit obligatoirement être réalisée par une personne agréée par le représentant de l’Etat dans le département.

Consulter la liste des entreprises agréées dans la Nièvre :
Le traitement des matières de vidange des systèmes d’assainissement non collectif est généralement effectué en station d’épuration de type boues activées.

Voir la plaquette sur l’élimination des boues et matières de vidanges

Une étude :
Face à la problématique du devenir des matières de vidange, le Conseil départemental s’est porté maître d’ouvrage d’une étude « schéma d’élimination des matières de vidange », réalisée à l’échelle du département afin de proposer des solutions.
L’objectif est de donner aux décideurs des éléments techniques, juridiques et financiers pour orienter leurs choix, en proposant :

  • Des solutions par zones géographiques cohérentes.
  • Des scénarios privilégiant la faisabilité technique et l’aspect économique des projets.

La Charte pour la qualité de l’Assainissement Non Collectif (ANC)

Son objectif est de fédérer l’ensemble des professionnels autour de bonnes pratiques.
Tous les acteurs touchant de près ou de loin à l’assainissement non collectif peuvent adhérer.
Consulter le Règlement charte qualité ANC de la Nièvre

Respect des engagements

Basée sur le volontariat, les signataires s’engagent à respecter certaines exigences.

Consulter et télécharger le règlement intérieur qui définit les modalités de fonctionnement de la charte.
Retrouver les engagements propres à chaque activité professionnelle

Vous recherchez un professionnel

Cette Charte s’appuie sur un réseau de professionnels informés et qualifiés pour des ouvrages d’assainissement non collectif de qualité.
Découvrir la liste des professionnels engagés signataires de la Charte

Acteurs de l’assainissement non collectif, devenez également signataire

L’adhésion à la Charte qualité ANC permet d’être identifié comme professionnel compétant et informé. Chaque acteur intervenant dans le département désirant adhérer à cette charte doit en faire la demande. L’adhésion est gratuite et valable un an.

Les documents en téléchargement


Retourner au Service De l’Eau votre dossier de demande d’adhésion ou de renouvellement accompagnée des pièces justificatives.

Vous êtes Agences immobilières - Notaires :

Vous êtes Architectes - Bureaux d’études - Pavillonneurs :

Vous êtes Carrières :

Vous êtes Fournisseurs de matériaux :

Vous êtes Installateurs :

Vous êtes un SPANC :

Vous êtes Vidangeurs :

document d’adhésion (.pdf)
document de renouvellement (.pdf)

... et aussi

Le Conseil départemental de la Nièvre

Le Service de l’Eau (SDE)

14 Bis Rue Jeanne d’Arc
58039 NEVERS Cedex
Tél : 03 86 71 81 20

sde@nievre.fr

Le service de l’eau, ses missions

Le service de l’Eau, chargé de mettre en application la politique de l’eau du Conseil départemental, remplit plusieurs missions telles que la définition, la réalisation et le suivi d’actions liées à la protection des ressources en eau et l’assistance technique aux communes et Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) pour l’exercice de leurs compétences.

2 millions d’euros par an de budget

Le service intervient avec pour principe une gestion globale de l’eau. Aussi l’activité couvre-t-elle l’adduction d’eau potable, l’assainissement des eaux usées, la préservation des ressources en eau ainsi que l’entretien des cours d’eau.

L’assistance technique


L’assistance technique concerne l’assainissement (collectif ou individuel) des eaux usées, l’adduction d’eau potable et l’entretien des cours d’eau. Elle s’adresse à des communes, des EPCI, ainsi qu’à quelques établissements privés (établissements industriels, abattoirs, etc.) qui possèdent des ouvrages d’épuration.
Le travail comprend un volet "conseils" et un volet "mesures". Il est à noter que le volet "assistance technique assainissement" est certifié Iso 9001, ce qui souligne la qualité et l’équité des prestations effectuées.
La mission assainissement non collectif s’étend à la mise en place d’une "Charte qualité" qui fédère l’ensemble des acteurs autour de bonnes pratiques.

La connaissance et la protection des ressources en eau

Afin de mieux protéger la ressource en eau, le service de l’eau s’est fixé comme objectif de la connaitre parfaitement.
Le service assure ainsi le suivi des eaux superficielles.

Le recueil et l’organisation de l’information

Le service recueille, organise et diffuse l’information liée à l’adduction d’eau potable et à l’assainissement des eaux usées et à la connaissance du milieu naturel
Dans le domaine de l’assainissement l’ensemble des informations concernant les stations d’épuration est recueilli dans un "rapport annuel" (charte de l’eau)
Dans le domaine du milieu naturel, deux synthèses regroupent les données : La Charte sur l’eau.

La Charte de l’eau

La mise en place d’une "Charte pour la préservation et la valorisation de la ressource en eau" est inscrite dans notre projet de territoire Nièvre 2021, agenda 2021 du Conseil départemental de la Nièvre. Cette démarche permet de construire une vision partagée pour les années à venir de la politique départementale de l’eau

Consulter ici la Charte de l’eau
Retrouvez les cours d’eau de la Nièvre gérés par l’ agence de l’eau Loire Bretagne
Retrouvez les cours d’eau de la Nièvre gérés par l’ agence de l’eau Seine Normandie

... et aussi

Conseil départemental de la Nièvre

Le Service de l’eau (SDE)

14 Bis Rue Jeanne d’Arc
58039 NEVERS Cedex
Tel : 03 86 71 81 20

sde@nievre.fr

Les Espaces naturels sensibles (ENS)

Vous désirez vous promener, profiter de paysages et de la diversité des milieux naturels ? Dans la Nièvre, la nature vous accueille ! Nous vous proposons de visiter les 12 sentiers nature ouverts tout au long de l’année.

Se promener en Nature

  • 12 Espaces Naturels Sensibles identifiés sur le territoire départemental ouverts au publics + 5 ENS...
  • plus de 100 400 visiteurs en 2015

Le Conseil départemental aménage et entretient 17 espaces naturels sensibles (ENS) : 12 sont ouverts aux visites toute l’année.

La politique des Espaces naturels sensibles (ENS) consiste à préserver les milieux naturels remarquables en tenant compte des enjeux de la biodiversité, dans le but de vous les faire découvrir.

Ces espaces sont dits « sensibles » car ils abritent des paysages typiques, une faune et une flore fragiles nécessitant des programmes de gestion particuliers. Certains sites sont ainsi reconnus à l’échelle européenne dans le cadre de Natura 2000 pour la valeur patrimoniale des milieux naturels et des espèces qu’ils hébergent.

Les Espaces naturels sensibles (ENS)

Les animations nature en famille 2017

Le département propose 40 visites guidées encadrées par un panel d’animateurs expérimentés qui se dérouleront du début de l’été à la fin de l’automne.

Cette 11e édition se démarque par de nouvelles animations basées sur les savoir-faire et les métiers en lien avec la nature. Les visiteurs pourront alors connaître tous les secrets de l’apiculture et toutes les subtilités du métier de berger. Les néophytes ou passionnés auront l’occasion de bénéficier de conseils avisés en photographiant les fleurs sauvages, tout comme il est possible de participer à la dégustation de plantes cuites, crues ou en tisane lors de l’animation « Cuisine sauvage ».

Visionner la carte des Espaces naturels sensibles dans la Nièvre

Consulter le nouveau programme des animations « Nature en Famille 2017 »

... et aussi

Service environnement du Conseil départemental de la Nièvre

6-8 rue des Places
58000 Nevers
Tel : 03 86 60 58 79

espacesnaturels@nievre.fr

Agence de développement touristique de la Nièvre

3 rue du Sort
58000 Nevers
Tel : 03 86 36 39 80

Découvrez la Nièvre avec l’Agence de développement touristique de la Nièvre (ADT)

HAUT