Lorsqu’il n’est plus possible de rester vivre chez soi, choisir un mode d’hébergement, temporaire ou permanent

Vivre ailleurs temporairement

Qu’est-ce que l’accueil temporaire ?

Certains établissements peuvent accueillir de façon temporaire des personnes âgées.
Les raisons de cet hébergement peuvent être multiples :
-  quelques jours, si l’aidant familial doit s’absenter,
-  de façon régulière, pour préparer la personne âgée à quitter sa maison

La durée de l’accueil ne doit pas excéder 90 jours.

Combien ça coûte, quelle prise en charge possible ?

Les frais d’hébergement temporaire peuvent être pris en charge au titre de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) et de l’aide sociale à l’hébergement.

Les caisses de retraite complémentaires ou les mutuelles peuvent parfois contribuer à financer une partie du coût de l’hébergement temporaire. Certaines communes également, via les CCAS.

Où trouver un établissement d’accueil temporaire ?

Les sites d’action sociale du département peuvent vous renseigner.
Consultez l’annuaire des établissements de la NIèvre,

Choisir une structure d’accueil

Plusieurs solutions d’hébergement sont proposées aux personnes âgées :

-  des logements indépendants avec services (résidence-autonomie, ex-logement-foyer ; résidence-services ; habitat regroupé solidaire ; habitat intergénérationnel),
-  des établissements médicalisés (EHPAD, USLD),
-  des accueils familiaux.


Le choix d’une maison de retraite ou d’une résidence pour personnes âgées va dépendre de plusieurs points : votre état de santé, votre situation familiale, votre situation géographique, vos revenus…

Les résidences autonomie

Les résidences autonomie (ex logements-foyers) constituent une solution intermédiaire à mi-chemin entre le maintien à domicile et l’EHPAD.

Ce sont des établissements médico-sociaux destinés aux personnes autonomes seules ou en couple.

En règle générale, un appartement est mis à votre disposition conformément à un contrat de séjour qui définit vos obligations et celles du gestionnaire de l’établissement (prestations, tarifs…).
Ces appartements sont le plus souvent des T1 ou T2 équipés d’un coin cuisine et de sanitaires indépendants. L’avantage est que la personne emménage avec ses meubles, bibelots et effets personnels. Attention, ces établissements ne sont pas médicalisés et n’assurent pas de soins en interne.
Ces établissements sont autorisés et suivis par le Conseil départemental.

Cependant, comme à votre domicile, vous pouvez avoir recours à des services extérieurs :
-  des moyens humains : portage de repas, l’aide-ménagère, l’aide à domicile, les soins à domicile, ...
-  des moyens technologiques : la téléalarme, …
-  des moyens matériels : déplacement, hygiène et toilettes, ...

Critères d’admission (pour les 2 personnes si un couple est concerné)

-  avoir un niveau de perte d’autonomie évalué en GIR 5 ou 6 (il peut être possible d’être admis en GIR 4 si la résidence autonomie a une convention avec un SSIAD)
-  avoir plus de 60 ans (une dérogation du Conseil départemental est demandée pour les personnes de moins de 60 ans).

Si la perte d’autonomie du résident augmente, il peut arriver qu’il ne soit plus possible de vivre en résidence-autonomie. Ces lieux de vie ne peuvent accueillir qu’un petit nombre de personnes dépendantes.

Les résidents peuvent bénéficier de l’APA, les aides au logement et/ou l’aide sociale à l’hébergement).

Les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)

Les EHPAD assurent l’hébergement, la coordination des soins, la restauration et les services essentiels à la vie courante.

Ils accueillent des personnes en perte d’autonomie ne souhaitant ou ne pouvant pas rester à domicile.
Certains ont développé des activités spécifiques pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou présentant des troubles apparentés. Quelques EHPAD proposent également un accueil temporaire (accueil de jour, hébergement temporaire). On compte aussi dans leurs prestations des services comme la blanchisserie, la restauration ou encore des activités.

Le tarif

Il s’établit sur la base de trois tarifs cumulés.

  • Tarif soins : il finance la rémunération du personnel soignant (médical et paramédical) et les dispositifs médicaux (matériel médical et actes de laboratoire). Le médecin traitant intervient comme à domicile.
  • Tarif hébergement : il correspond à l’ensemble des prestations d’administration générale, d’accueil hôtelier, de restauration et d’animation.
  • Tarif dépendance : il couvre l’ensemble des prestations d’aide et de surveillance nécessaires à l’accomplissement des actes de la vie quotidienne.

Le tarif varie selon le degré de perte d’autonomie, de GIR 1 (le plus élevé) au GIR 6 (le moins élevé), déterminé par la grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso-Ressources). Les GIR sont groupés deux par deux : GIR 1-2, GIR 3-4, GIR 5-6.

Les aides financières

Ces établissements peuvent être publics ou privés (gérés soit par des associations, des organismes privés ou encore des hôpitaux). Les EHPAD publics sont habilités à l’aide sociale (les frais d’hébergement peuvent ainsi être pris en charge). Certains établissements privés peuvent l’être également.

Une demande d’allocation logement peut être déposée auprès de la Caisse d’allocations familiales (CAF) dont dépend la ville où se situe l’EHPAD.

D’autres aides existent pour la prise en charge des frais liés à ce type d’hébergement.

Évaluer le montant de votre reste-à-charge en EHPAD

Les Unités de soins longue durée (USLD)

Les USLD sont des structures d’accueil destinées aux personnes âgées ayant perdu leur autonomie et dont l’état nécessite une surveillance et des soins constants.

En général, ces unités accueillent temporairement des patients atteints de la maladie d’Alzheimer (ou présentant des troubles apparentés) ou de la maladie de Parkinson qui intègrent ces unités temporairement.

Ces petites structures, rattachées à des services hospitaliers, ont une capacité d’accueil de trente à quarante lits en moyenne.

Comment se passe l’admission ?

L’admission est, dans la majorité des cas, décidée par le médecin traitant ou le médecin hospitalier avec l’accord de la famille lorsque la personne souffre d’une perte d’autonomie majeure, c’est-à-dire d’une impossibilité de se lever, de faire sa toilette, de se nourrir, de s’habiller, etc.
Le résident peut y être admis à titre payant ou avec une participation de l’APA à l’hébergement.

Les formalités et les démarches

En général, l’admission a lieu à la suite d’une hospitalisation ou d’un passage en service de soins de suite et de réadaptation. Toutefois l’admission en provenance du domicile est possible.

Le tarif
Il s’établit sur la base de trois tarifs cumulés.

  • Le tarif soin : il couvre les prestations médicales et paramédicales, ainsi que les prestations des soins liées à la perte d’autonomie de la personne. Ce tarif peut faire l’objet d’une prise en charge par la caisse d’assurance maladie.
  • Le tarif hébergement : il couvre l’ensemble des prestations d’administration générale, d’accueil hôtelier, de restauration et d’animation.
  • Le tarif hébergement peut faire l’objet d’une prise en charge par l’APA - Allocation Personnalisée d’Autonomie - si la personne âgée est reconnue en perte d’autonomie appartenant au groupe GIR2 (Groupe Iso Ressources) 1-2 ou GIR 3-4.
  • Le tarif dépendance : il couvre l’ensemble des interventions d’aide humaine et de surveillance nécessaires à la réalisation des actes essentiels de la vie (hors actes de soins).
  • Ce tarif varie en fonction de la perte d’autonomie de la personne calculée à partir de la grille nationale appelée AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupes Iso Ressources).

Trouver les USLD de la Nièvre

... et aussi

Conseil départemental de la Nièvre

Direction générale adjointe des solidarités, de la culture et du sport
Hôtel du Département
58039 Nevers cedex

tél : 03 86 60 67 00

Contactez le Site d’action médico-sociale le plus proche de chez vous pour vous informer et vous orienter dans vos démarches

Vivre dans une famille d’accueil

L’hébergement en famille d’accueil, autrement nommé Accueil Familial Social (AFS) est une alternative originale au maintien à domicile.
En fait il s’agit d’un accueil chez un particulier, contre rémunération. La personne accueillie y bénéficie à la fois de l’indépendance d’une chambre à elle et du soutien chaleureux d’une famille. Elle peut ainsi bénéficier de la convivialité d’un environnement familial, de relations sociales nouvelles et d’un cadre de vie sécurisant.

Le Conseil départemental assure l’organisation, le suivi et le contrôle des accueillants familiaux.

Vous êtes accueillant

les services du département instruisent votre demande, attribuent, restreignent ou retirent l’agrément. Ils organisent également la formation initiale et continue, le suivi et le contrôle des conditions d’accueil.

Vous êtes la personne accueillie

Des visites à domiciles régulières sont effectuées par des travailleurs sociaux permettant de fait une évaluation et un contrôle continus des conditions d’accueil.

Vous êtes des partenaires ou des familles

Les services du département s’inscrivent dans un rôle d’information (aide dans la recherche de familles d’accueil, mise à disposition d’une liste de familles disponibles, liste d’attente pour les personnes souhaitant être accueillies…).

Consultez et téléchargez ici le guide départemental d’accueil familial

Comme Arlette Foucrier, devenez famille d’accueil

Consultez le portail national d’information pour l’autonomie
des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches

... et aussi

Conseil départemental de la Nièvre

Direction générale adjointe des solidarités, de la culture et du sport
Hôtel du Département
58039 Nevers cedex

tél : 03 86 60 67 00

Contactez le Site d’action médico-sociale le plus proche de chez vous pour vous informer et vous orienter dans vos démarches

HAUT